Storia



Cortile dei Gentili - Storia

L’image du “Parvis des Gentils” renvoie à l’ancien Temple de Jérusalem, construit après l’Exil, pendant les années 20-19 av. J.-C. Ce gigantesque complexe religieux comprenait quatre espaces clairement identifiés : le «Saint des Saints», lieu de la présence du Sacré vers lequel le peuple d’Israël montait pour y rencontrer son Dieu ; deux espaces réservés aux fils d’Israël, l’un pour les hommes et l’autre pour les femmes ; une esplanade ouverte aux Gentils, c’est-à-dire les gojim, les païens, désireux d’y rencontrer des prêtres ou des scribes pour les interroger sur la foi d’Israël, et de s’unir à la prière liturgique du temple.

Le “Parvis des Gentils” était donc cet espace réservé aux non-Juifs, les « Gentils », qui voulaient se rapprocher de l’espace sacré et y interroger les rabbins et les scribes sur la spiritualité et le mystère, sur la religion d’Israël et sur ce Dieu qui leur était inconnu. Il symbolise tout espace de rencontre et de dialogue ou des hommes et des femmes sans distinction de culture, de langue ou de religion, peuvent s’interroger ensemble sur les grandes interrogations de l’existence humaine et pour se rapprocher du « Dieu Inconnu ».

Toutefois, une pierre marquait une frontière entre le “Parvis des Gentils” et la zone réservée aux Juifs tout en

tempiomenaçant de peine de mort quiconque oserait traverser le mur de séparation : « Qu’aucun étranger ne pénètre au-delà de la balustrade et de l’enceinte qui entoure la zone sacrée, quiconque sera surpris en flagrant délit sera cause de sa propre mort qui en suivra ».

En invitant à l’Eglise à ouvrir de nouveaux « Parvis des Gentils », le pape Benoît XVI a invité à faire de cette interdiction une invitation. En effet, pour saint Paul la foi aux Christ « renverse le mur de séparation » qui divise Juifs et Gentils : « Faisant la paix, de ces deux hommes il a créé en sa personne un seul Homme Nouveau, en les réconciliant tous les deux » (Eph 2, 14-16).

Le « Parvis des Gentils » a donc comme ambition de créer des espaces de rencontre et de dialogue entre croyants et non croyants et rapprocher ces derniers de l’espace sacré. A travers la confrontation et un dialogue de raison, il veut ouvrir les horizons d’une recherche commune de vérité, pour le bien de l’homme et de la société de notre temps.

 

FacebookTwitterPrintFriendly